Tuesday, April 22, 2008

Voice Off

Vingt-six ans. Tu n'aurais jamais imaginé que le futur serait tellement de la merde.

Huit ans après l'an 2000, ça aurait dû être la joie version aéroglisseurs, le retour des dinosaures (les gentils herbivores seulement) et la refonte des malheurs du XXe siècle en un grandiose feu d'artifice. Bénin. De culture de paix et de bonté. De sens et de plaisir. D'entente et de délire. Quel con tu as été.

Les paysages de ton enfance. Il n'en reste que d'infimes ilots de sens. Tu passes ta vie lucide, tu la consacres à les rechercher. De moins en moins nombreux. De plus en plus difficiles à trouver. On a perdu la boussole. Tout dynamité. Pétri. Au-delà, un maigre paysage de fleurs sur le bord d'une route mal asphaltée te gonfle le cœur. Tu te dis qu'il y a toujours des saisons. Que la Nature aura peut-être le dernier mot un jour. Lointain. Comment en est-on arrivé à être tellement désespéré?

Non. Il doit y avoir encore un peu de sens. Cherche autour de toi, la société, son reflet, les média. Incroyable. Shootés aux images de meurtres, désastres, tsunamis, massacres, génocides. Plus rien ne choque. L'encre est devenue stérile, blasée. Les images transparentes... Un vaccin global contre l'émotion.

Tu es conditionné à ne pas réagir. Tu tousses en allumant ta cigarette, tu t'épuises à finir un MacMerde extralarge. Tu te lamentes du manque d'air frais. Tiens allume une autre. Tu es pourri.

Des fois tu te révoltes. Version alternatif of course. La démocratie d'aujourd'hui, te dis-tu, c'est la consommation. Néo-citoyenneté globale. Un vote pour un dollar, machin. Tu en es conscient et tu aspires au changement, tu veux un monde meilleur sans frites ni ketchup. Sans clônage ni esclavage. Un monde orphelin de la globalisation du rock et du porno. Tu votes chaque jour. Au supermarché. En public. En ligne. Dans ton look. Tu bannis les trois bandes et les boissons a bulles. Tu boycottes l'humour en conserve et les made in China. Les Flat screen. La iLife. Pauv' con.

Cherche encore, tout n'est sans doute pas perdu. Développement durable. Tu es à la pointe. Réduire. Réutiliser. Recycler. Sensibiliser. Respecter... Mais tu n'es qu'une fuite dans les plomberies de la consommation. Ton vote compte pour un salaire d'esclave, et au delà de ton ptit monde de princesses et de dragons, la machine continue de digérer les ressources et de produire du toc. Gaspillable. Remplaçable. Combustible. Consommable. Tu ne vaux rien.

La Nature, elle, ne comptait pas sur toi de toute façon. Tes batailles tu devrais les mener ailleurs. L'injustice. L'oppression. Les inégalités... Tu te retiens de t'en moquer. Après tout tu as été vacciné à ignorer toute souffrance qui n'est pas la tienne. La compassion est dépassée. L'héroïsme risible. Pourtant autour de toi on se fait abattre comme des chiens. On se fait parachuter de la mort instantanée et des amputations. On se fait violer, piller. Ailleurs on crève de faim et ce n'est pas qu'une expression. Les téléphones rouges n'auront jamais sonné. Les droits de l'Homme jamais bougé. Abruti, bouge-toi.

Blocage émotionnel. Tant pis. Remets-toi de tes défaites morales. A te débattre. A shifter ton focus. Sur Toi. Après tout, la survie de l'espèce est le résultat de la survie des individus. Les plus en forme. Tu es donc ta propre fin. Santé passable, hobbies de cirque. Rendement impeccable la journée, relations publiques passivement animées le soir. Famille moyennement dysfonctionnelle. Ébats intimes tendres et rafraichissants. Vie mild. Pas trop piquante, pas trop fade... Tu patauges dans ta propre merde.

Contre-attaque. Retourne à la source. Aux petits plaisirs au naturel. Yaourt aux fraises* et randonnées pédestres. Le tout sur un fond de musique ambiante mi-chill mi-ethnique. Putain, même tes rêves ressemblent à 30 secondes de pub. L'illusion du bonheur à portée de main. On te fabrique des fantasmes et toi, tu en achètes en gros. La honte.

Au final, admets-le. Le futur, tout comme le présent, c'est de la merde. Traite-le comme tel et laisse tomber.

Labels:

9 réactions:

Anonymous The dude...

Writing those articles kinda give you out as a hypocrit though... Ur not practicing what you preach! Which is good... Otherwise AMENAA

April 23, 2008 9:46 PM

.............................

 
Blogger phil...

which part am i not practicing ya dude?

April 24, 2008 1:58 PM

.............................

 
Anonymous The Dude...

The Laisse tomber part...

April 25, 2008 4:57 AM

.............................

 
Anonymous Meros...

tu veux dire quoi par "hobbies de cirque"??? ;)

April 28, 2008 3:03 PM

.............................

 
Anonymous Anonymous...

vivement le post des 62 ans!

April 28, 2008 5:45 PM

.............................

 
Anonymous Francesca...

Ouf ouf ouf...

Je suis prise d'un malaise :|

April 29, 2008 7:04 AM

.............................

 
Anonymous The dude...

Lah ya Francesca, lesh malaise? ma fi shi mehrez wlo. (I crack up everytime I see u make a comment with that nickname!)

April 29, 2008 9:49 AM

.............................

 
Anonymous Francesca :)...

The dude// Malaise : symptôme de l'impuissance face à une rébellion qui ne peut être apaisée.

Vivre heureux aux détriments d’autrui : NON ! Mais trouver le bonheur, c’est faire un pas positif pour l’humanité, grand ou petit, chaque fois que l’on peut, parce qu’on le veut. C’est être conscient. S’épanouir au sein de personnes qui partagent la même vision du monde.

April 29, 2008 11:01 AM

.............................

 
Blogger shlon...

;)

May 08, 2008 11:40 PM

.............................

 

Post a Comment

<< Page principale